María de los REMEDIOS VARO URANGA (1908-1963)

Lot 134
30 000 - 40 000 €
Résultats sans frais
Résultat: 80 000 €

María de los REMEDIOS VARO URANGA (1908-1963)


L'âge des ténèbres, 1942.
Huile sur toile.
Signée, datée (19)42 et titrée au dos de la toile.
Numérotée 1013 et annotée André Breton au dos sur le châssis.
69 x 58 cm.
Restaurations, accidents et manques.
Provenance:
-Collection Clarisse Legrand, mariée en première noce à Gérard Legrand.
-Puis par descendance au propriétaire actuel.
«Il est intéressant de remarquer que dans la vente André Breton à l'Hôtel Drouot, le 15 avril 2003, le lot N° 4425, La lutte pour la vie, vers 1943 il était marqué, au dos sur le châssis, au crayon rouge André Breton et à la craie le N°1013 exactement comme sur notre tableau.»
María de los REMEDIOS VARO URANGA Maria de los Remedios Varo y Uranga est née le 16 décembre 1908 à Anglés, un petit village de la province de Gérone en Espagne. Son enfance est marquée par le dynamisme de son père, Rodrigo Varo y Cejalbo, ingénieur-hydraulicien, et la fervente spiritualité de sa mère. En 1913 commence le vagabondage de Remedios: la famille suit le père dans ses déplacements à travers l'Espagne et l'Afrique du Nord. Le travail de son père et la précision des mécaniques complexes seront une source d'inspiration dans certaines oeuvres de Remedios Varo. Ils finissent par se fixer à Madrid... Après deux ans d'études à l'École des Arts et Métiers de Madrid, elle suit les cours à l'Academia de San Fernand, un apprentissage artistique strict et académique. Remedios, qui s'intéressait depuis toujours au surnaturel, est fortement attirée par le projet surréaliste, où elle reconnaît la possibilité d'échapper à cette société rigide par laquelle elle se sent oppressée, mais dans laquelle elle se voit également en tant qu'héritière de l'art espagnol.
En 1928, Remedio Varo se marie avec le peintre et anarchiste Gerardo Lizárraga, puis le couple monte sur Paris.
De retour en Espagne, ils se séparent en 1932. Varo s'installe à Barcelone et partage un studio avec le peintre surréaliste
Esteban Francés.
Elle fréquente le groupe "Logicophobiste" et participe à une exposition sponsorisée par les "Amics de l'Art Nou" une petite organisation pour la promotion de l'art d'avant-garde. Elle rencontre le poète Benjamin Péret qui était venu en Espagne en tant que volontaire républicain.
... En 1937, Remedios Varo et Péret partent ensemble à Paris, fuyant les horreurs de la guerre. Elle se trouve immergée dans le cercle intime des surréalistes et fait connaissance de Miró, Max Ernst, Victor Braumer, Wolfgang Paalen, André
Breton et Leonora Carrington. C'est une période difficile où elle gagne sa vie en tant que traductrice et en peignant de faux Georgio de Chirico.
En 1940, le couple fuit vers Marseille en attendant leur visa pour le Mexique qui offre l'asile aux réfugiés espagnols et aux membres des brigades internationales. Fin 1941 ils arrivent à Mexico City où ils retrouvent son amie Leonora Carrington et plusieurs autres surréalistes.
... Varo et Péret se séparent en 1947 et Péret retourne vivre à Paris. C'est à ce moment-là, en se libérant de l'influence trop contraignante des surréalistes que Varo trouve sa propre voie.
En 1949, Remedios Varo se marie avec Walter Gruen, exilé autrichien... venu au Mexique en 1942 et était devenu un homme d'affaires prospère. Il l'encourage à reprendre la peinture et c'est grâce à sa bonne situation qu'elle peut enfin se consacrer à la peinture.
En 1955, Remedios Varo expose pour la première fois au Mexique. En 1956, est organisée sa première exposition individuelle. Ses toiles suscitent un vif enthousiasme, aussi bien du public que de la critique. Ce sera un immense succès qui permettra enfin à Remedios Varo de vivre de sa peinture.
Le 8 octobre 1963, alors que personne ne s'y attendait, elle meurt d'un infarctus à 54 ans. Sources: Internet Remedios Vari
- Les femmes peintres www.femmespeintres.net/peintres/mod/varo.htm
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue