Lot 619
10 000 - 15 000 €

QUENEAU RAYMOND (1903-1976)


Le Dimanche de la vie.
Réalisation de Jean Herman d'après le roman de Raymond
Queneau. Dialogues de Raymond Queneau, 1967.
- Manuscrit autographe complet à l'encre de Raymond Queneau avec ratures et corrections. 133 pages in-4 à l'encre noire et au stylo à bille.
- Notes pour le début du film. 4 pages manuscrites in-8 de notes autographes de Raymond Queneau.
- Tapuscrit des dialogues. 111 pages in-4.
- Tapuscrit du scénario avec les dialogues. 161 pages in-4.
- Copie dactylographiée d'une déclaration de Raymond Queneau sur le film. 1 page in-4.
- Contrats et lettres dactylographiées.
Après «Zazie dans le métro», «Le Dimanche de la vie» est le deuxième roman de Raymond Queneau adapté au cinéma. A l'inverse de ce qui s'était passé pour Zazie, Raymond Queneau prit une part active au film puisqu'il en rédigea les dialogues.
Le réalisateur Jean Herman qui signait là son premier film n'est autre que le futur romancier et Prix Goncourt Jean Vautrin. Danielle Darrieux joue le personnage de Julia et dans les rôles secondaires, Henri
Virlojeux, Jean Rochefort, Roger Blin, Françoise Arnoul, Agnès Capri.
Une lettre figurant dans cet ensemble adressée à Raymond Queneau par le producteur Jean Rossignol et datée de 1960 indique que des années auparavant c'est Claude Chabrol qui voulait porter le roman à l'écran, avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle principal. Le projet finit par échouer et ce n'est qu'en 1967 que Jean Herman reprit le flambeau.
Le film est une réussite. Il rend parfaitement l'esprit du livre et doit une grande partie de son charme aux dialogues de Raymond Queneau qui mêlent gouaille parisienne et poésie surréaliste.
L'Histoire est celle du soldat de deuxième classe Valentin, qui épouse une demoiselle plus âgée que lui. A Paris, il ouvre une boutique d'encadrement et elle devient voyante. Lorsque celle-ci tombe malade, Valentin se travestit et prend sa place. A la fin, il s'en va, mobilisé alors que la seconde guerre mondiale est déclarée.
Le manuscrit est abondamment corrigé, mais Raymond Queneau ne se contente pas de noter les dialogues, il apporte aussi des indications de jeu, il intervient également sur le scénario.
Raymond Queneau s'est donc totalement impliqué dans cette oeuvre.
Toutefois, il précise dans une déclaration qui figure au dossier, qu'il faut donner la paternité du film au scénariste Olivier Hussenot et au réalisateur: «Quand ils adaptent un roman les gens de cinéma se soucient peu en général de mettre l'auteur dans le coup. Lorsqu'il s'agit de Laclos ou de Stendhal, on les comprend... quant à moi je suis de ceux qui estiment que littérature et cinéma cela fait deux et que la paternité d'une oeuvre ne s'étend pas nécessairement de façon absolue à ses rejetons sur pellicule.»
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue